Glénat vient de publier le premier tome d’une nouvelle adaptation du premier roman de Michael Moorcock racontant l’histoire de Elric de Melniboné, dernier empereur d’une terre mourante et d’un peuple décadent. Il est l’incarnation du champion éternel, continuellement rattrapé par son destin.

Le trône de rubis en résumé

Le trône de rubis retranscrit la première partie du livre “Elric des dragons”. Le synopsis du site Glénat présente ces éléments :

[quote style=”1″]Empereur de l’antique île aux Dragons de Melniboné, Elric, albinos et malade, règne sur un peuple plurimillénaire à la puissance héritée des dieux. Mais sa santé fragile l’oblige à user de drogues et de magie pour survivre. Son cousin Yyrkoon, qui méprise ces faiblesses, tente de remettre en cause sa légitimité à posséder le trône de rubis.

Apprenant qu’une attaque de pirates sanguinaires se prépare, Elric saisit l’occasion pour tenter de restaurer son autorité. Il va révéler ainsi une personnalité complexe, mais aussi son allégeance aux sombres desseins d’Arioch, le plus puissant des Seigneurs du Chaos…[/quote]

Pour ceux connaissant le personnage sans avoir lu le livre de Moorcock, cette BD est l’occasion de découvrir les origines du personnage, sa terre natale, son univers avant de trouver Stormbringer, l’épée  qui lui permettra de surmonter sa santé défaillante et de devenir une légende.

Un univers difficile à retranscrire…

Elric en comicsJe dois avouer ne pas être un grand lecteur d’héroïc-fantasy, néanmoins je ne regrette pas d’avoir voyagé avec cet albinos torturé et nécromancien à ses heures perdues. J’ai dévoré l’intégralité du cycle à la vitesse d’une Stormbringer dévorant une âme.

Depuis, je suis avide des possibles adaptations dans le 9e art, mais celle que j’ai eu l’occasion de lire ne m’avait pas réellement convaincu.

Prenons par exemple le comics “L’équilibre perdu” en cours de publication chez Panini Comics, et qui dévoile une nouvelle aventure d’Elric dans le multiverse. On découvre une histoire poussive accompagnée de scènes digne d’un mauvais film gore tout en parvenant à supprimer le charisme des personnages de Moorcock.

Mais on regrette tout particulièrement l’absence de cette atmosphère sombre et envoûtante, teintant les différents lieux parcourus par le champion albinos.

Cette oeuvre nécessite une réelle réflexion et un travail touchant à la fois la narration et l’aspect graphique.

..Et pourtant, cette nouvelle adaptation d’Elric y parvient !

Quatre noms apparaissent sur la couverture de cette BD. Adapté et scénarisé par Julien Blondel, dessiné par Didier Poli, encré par Robin Recht et mis en couleur par Jean Batisde. Cette équipe a réussi à retranscrire l’univers que je m’imaginais tout en démontrant que finalement, cette imagination que je chérissais se révélait franchement limitée.

melniboneA la lecture du Trône de rubis, on se prend une claque visuelle à chaque page. On redécouvre Melniboné qui se dévoile sombre, majestueuse, décadente et impressionnante. On passe du temps à observer chaque détail : l’architecture nous écrase, les costumes traduisent la réalité sociale du royaume, et la flotte de Melniboné vous donnera le frisson. En quelques regards, on perçoit mieux cet univers si particulier.

L’histoire suit le roman et la narration parvient à la retranscrire en BD, et accapare toute notre attention jusqu’à la dernière page. Elric présente des qualités de souverain éclairé et de mage-guerrier de haut niveau, mais son  corps faible entretenu par sa compagne Cymoril à coup de drogues de sacrifices fragilise sa position, et acerbe les ambitions de son cousin Yyrkoon dévoilant une époque de trahisons et de sacrifices.

Plus qu’une transcription stricte de l’histoire, le cycle d’Elric nécessitait surtout une traduction pertinente de son univers, et la BD semble avoir réussi là où échoue le style comics. Cela va être dur d’attendre les prochains tomes, et j’avoue être très curieux du rendu que pourra offrir le récit : La forteresse de la perle laissant une grande place aux rêves…

Découvrez la bonne annonce de Elric : Le Trône de Rubis


Elric T1 – La Bande annonce par GLENATBD

Afficher plus d'articles semblables
Afficher plus par Guillaume Guénez
  • BD Funerailles

    Funérailles – Freak’s Squeele – Critique de la BD

    Florent Maudoux continue à détailler le passé des protagonistes de Freak’s Squeele. …
Afficher plus dans Bande Dessinée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A découvrir

Le cadre familiale Lego : mon cadeau pour la fête des pères

En 2017, j’ai vécu ma première fête des pères. Et j’ai eu un cadeau inattendu …