L’histoire de Transition en quelques lignes

Les amateurs de Science-fiction associent le nom de Iain M.Banks au cycle de la Culture. A travers une œuvre renouvelant le Space Opéra, cet auteur s’éloigne des stéréotypes du genre, en décrivant une “société humanoïde, semi-démocratique et semi-anarchique, hédoniste et libérale”.

Mais Iain M. Banks, en retirant le M. de son nom, propose des ouvrages plus destinés au grand public, comme Transition.

Le synopsis de Transition

[su_quote]La Terre, aujourd’hui. Un monde entre euphorie et tragédie, figé dans l’ombre du terrorisme et menacé par une crise financière globale. Les hommes connaissent ce monde. Mais peu savent qu’il existe une multitude d’univers parallèles, et une organisation puissante dotée d’agents capables de voyager à travers les mondes. Cette organisation s’appelle le Concern. Elle prétend guider et aider la Terre. À n’importe quel prix.[/su_quote]

Uchronie, voyage entre les mondes et complots

L’histoire de Transition nous amène dans un multivers. On découvre que la Terre existe sous une multitude de temporalités, possédant une multitude d’histoires, de parcours. Transition joue largement avec l’uchronie, détaillant ces plusieurs mondes avec leur propre histoire.

On découvre en particulier que malgré l’ensemble des différents contextes, les sociétés humaines demeurent si semblables dans leurs peurs, dans leurs besoins ou leurs envies. L’humain est le point commun, semblable dans toutes les situations.

On retrouve évidement notre propre monde qui dans un sens semble être assez marginal. Mais on découvre également des terres où le christianisme n’a jamais dominé, et demeure une religion mal vue, perçu par la société comme un vivier de terroristes en herbes aux pratiques étranges.

Connaissez-vous la série Slider ? Le principe est assez semblable, mais avec une grosse nuance. Le corps ne voyage pas à travers les dimensions, seule l’âme transite. Elle apporte ses connaissances, mais doit également subir les contraintes du corps d’accueil (connaissances, langue, goûts sexuels…).

Et pour voyager, il faut utiliser une drogue : le Septus.

Transition, le contexte

A travers les chapitres, nous suivons le quotidien, mais également les souvenirs de plusieurs protagonistes.

  • Temudjin, travaillant pour le Concern et agent faisant preuve d’une réussite impressionnante.
  • Adrian, dealer devenu homme d’affaire. Opportuniste, il ne voyage pas entre les mondes, mais apprend l’existence des différentes dimensions.
  • Madame Mulverhill, ancienne du Concern mais devenue rebelle activiste contre ces anciens collègues,
  • Madame Ortolan, membre du conseil du Concern, puissante, manipulatrice et sans conscience.
  • Le philosophe est l’arme du Concern, un spécialiste de la torture, un homme capable de tout découvrir, et présente un indéniable sang froid,
  • Et enfin l’étrange patient 8262, interné, faux dément, un personnage se cachant de l’influence du Concern dans un corps présentant le moins de défenses possibles.

 

Reste également à savoir ce qu’est exactement le Concern, et quels sont ses réelles motivations à intervenir dans plusieurs mondes. Mais difficile d’en dire plus sans vous gagner le plaisir de la lecture.

Que retenir de Transition ?

Transition est actuellement le seul livre de Ian Banks à m’avoir présenté peu de surprises lors de sa lecture.

[su_spoiler title=”Attention, léger spoiler” open=”yes”]Le personnage central vit un parcours initiatique, sera trahi, et va se découvrir des compétences uniques et incroyables lui permettant de vaincre ses ennemis. Il va pouvoir transiter à volonté et sans septus, ce qui est normalement impossible. Vous avez lu Dune, vous n’allez pas être perdu…[/su_spoiler]

iain_banks___transition_12457_10782_inside_0

L’auteur prend plaisir à décrire les différents univers aux histoires uniques, à expliquer les logiques de transitions, les conséquences de ces voyages. Vous prendrez plaisir à explorer le multivers, découvrir l’histoire de chaque monde, et découvrir sa logique. C’est par petites touches qu’il va distiller les informations pour les distribuer lentement au cours des chapitres.

Néanmoins, il reste un sentiment marquant d’inachevé à la fin de Transition, alimentant un goût de frustration. Les révélations sont incomplètes, de nombreuses pistes ont été tracées sans donner de réelles informations, laissant de nombreux éléments en suspend. C’est réellement intéressant de laisser la porte ouverte à notre imagination, mais il est également nécessaire de ne pas laisser le lecteur dans un flou total….

Transition demeure une bonne histoire multipliant les bonnes idées, mais que je recommande principalement aux fans de Iain M.Banks. Si vous souhaitez découvrir un bon auteur de science fiction, il est temps de dévorer le cycle de la culture.

 

Découvrir Transition et le cycle de la culture :


Afficher plus d'articles semblables
Afficher plus par Guillaume Guénez
Afficher plus dans Littérature

One Comment

  1. CDPB

    22 Août 2013 à 16 h 59 min

    J’ai lu ce livre et je dois dire que j’ai plutôt bien aimé. Il faut bien avouer que je suis un grand fan de science fiction donc je ne pouvais qu’aimer 🙂

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A découvrir

Le cadre familiale Lego : mon cadeau pour la fête des pères

En 2017, j’ai vécu ma première fête des pères. Et j’ai eu un cadeau inattendu …